Etude sur les conditions de vie des étudiants de l’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles

cohésion sociale 2019

Résumé

Les statuts et les conditions de vie des étudiants sont à l’image de la société : tandis que certains sont privilégiés au plan socioéconomique et exempts de difficultés matérielles, d’autres doivent se débrouiller pour financer leurs études, en tout ou en partie, par un « job » ou la mobilisation de fonds complémentaires. Les situations de précarité prononcée existent.

Si certaines données existantes offrent une première vue sur la réalité des conditions de vie des étudiants, elles sont insuffisantes et ont rarement été mobilisées dans une optique de compréhension de cet enjeu à l’échelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ainsi, à la demande du Ministre de l’Enseignement, la production de données originales via enquête a contribué à mieux cerner les conditions de vie des étudiants, avec une attention particulière accordée au phénomène de la précarité étudiante.

Par définition, le statut d’un étudiant correspond à une activité qui ne génère aucun revenu. Or, il doit faire face à des coûts d’une part « directs » (principalement le minerval) et d’autre part « indirects » (logement, mobilité, alimentation, santé, loisirs…). Tant sur le premier plan que sur le second, on constate de fortes différences entre les étudiants, selon leur filière, leur niveau, leur accessibilité à une bourse ou encore leur nationalité. Les frais auxquels ils doivent faire face conduisent une part d’entre eux à pratiquer des activités rémunérées avec un impact plus ou moins négatif sur leurs études. L’enquête montre une précarité étudiante qui semble clairement gagner du terrain. Nous avons aussi pu vérifier que les coûts objectifs de la vie étudiante sont globalement méconnus des principaux intéressés.

Commanditaire

Cabinet de J.-C. Marcourt, Ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de Promotion sociale, de la Recherche et des Médias https://marcourt.cfwb.be/contact/

Méthodologie

Dans le cadre de cette étude menée en partenariat avec BDO, Sonecom a réalisé une enquête quantitative auprès des étudiants eux-mêmes.

Nous avons conçu un questionnaire correspondant aux indicateurs les plus pertinents pour étudier la thématique des conditions de vie et de la précarité étudiante. Il a été administré à un échantillon de n=2000 étudiants, représentatif de la population étudiante de plein-exercice inscrite dans l’une des Universités, Hautes Ecoles ou Ecoles supérieures des Arts reconnues en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les analyses statistiques et interprétatives ont permis de dresser un portrait socioéconomique de la population étudiante, de décrire les modalités de financement des études et de relever les principales préoccupations et priorités des étudiants en vue d’améliorer leurs conditions de vie.

Résultats